Didier GALET

Didier GALET

Conseil et formation

« Ma motivation, capitalisant sur mon expérience professionnelle, visait à aller plus loin dans l’accompagnement et le développement des collectivités locales. La passion du territoire…

Mon approche part des besoins locaux et mobilise les usagers en promouvant le collaboratif et la coopétition, afin d’enclencher ces dynamiques nécessaires à la pérennité des actions. »

 

PRÉSENTATION

Après un CAP hôtellerie, un BT Hôtellerie et un parcours dans l’hôtellerie de luxe internationale, où j’ai exercé plusieurs fonctions opérationnelles à responsabilités, j’ai décidé de me reconvertir et de passer un bac littéraire, en cours du soir, à 28 ans, puis réussir Sciences Po Paris dont je suis diplômé en communication institutionnelle.

Depuis, j’ai fait mes gammes, à la fois comme expert du développement local, fort d’une expérience de 25 ans, mais aussi les mains dans le moteur en exerçant la direction d’une collectivité pendant 13 ans (maire d’un village de 650 habitants jusqu’en 2014 et co-fondateur de l’association des maires ruraux de Seine et Marne). Comme associé du cabinet Infoggara et désormais au sein de la Coopérative les Champs des Possibles, j’ai été impliqué dans le développement de filières (tourisme, chanvre, numérique…), l’accompagnement de projets territoriaux (Parc Naturel Régional, développement de l’innovation à l’échelle d’un département, Agenda 21, déploiement du télétravail et des tiers lieux…) et la réalisation d’actions innovantes (première démarche de design territorial en Ile de France, Démonstrateur Industriel pour la Ville Durable, création d’une des premières maison de l’emploi en France, à Sénart…). J’ai pu participer à plusieurs projets Européens (Equal, PAJE, FSE, FEADER…) et co-créer le premier living lab rural d’Ile de France, Brie’Nov (www.brienov.fr), spécialisé dans l’accompagnement aux usages numériques.

ACTIVITÉS, PRODUITS ET SERVICES

Mon site Internet : www.gdconseil.eu

Analyses et diagnostics : Partir des intuitions, des besoins, parfois d’une toute petite idée, et réaliser un travail de terrain pour confirmer, dégager les ressources potentielles, identifier les acteurs et relais, valider la faisabilité et préconiser. Ce sont les grandes partitions, dans l’idéal, mélange entre un travail de terrain et une enquêtentation factuelle. Dans le réel, chaque territoire révèle une personnalité, des spécificités, qui rajoutent une dimension supplémentaire. L’objectif de cette phase est de bien définir les possibles du projet, d’en conseiller les plus réalistes et de semer les conditions du succès, notamment en favorisant l’émergence d’une dynamique locale et l’appropriation par ceux qui seront,  à la fois, les faiseurs et les usagers. J’y apporte, toujours, une perspective innovante, un des moyens de retenir l’attention de partenaires potentiels et d’aider le territoire et ses acteurs à se distinguer.

Gestion de projets  Il s’agit de mener à bien, un projet, de l’amont vers l’aval, jusqu’à sa réalisation. Entre la planification, la mobilisation des ressources humaines et financières, des moyens divers, l’objectif est, à la fois, de garantir les conditions du succès mais aussi de respecter les délais et les différentes contraintes. C’est un rôle de facilitateur, d’assistance à maîtrise d’ouvrage, qui permet d’apporter un ensemblier de compétences au service de collectivités ou autres organisations n’en disposant pas. C’est, aussi et surtout, un regard extérieur, toujours bienvenu pour apporter un dynamisme différent et une mise en perspective.

Cette qualité est sollicitée dans tous les projets et, plus particulièrement, ceux nécessitant de respecter des délais, des partenariats à géométrie variable, et de justifier les actions et les moyens engagés.

Mise en synergie et recherche de moyens Le développement d’un territoire ne peut se concevoir sans la mobilisation d’énergies et de moyens. Les premières peuvent se révéler localement, notamment au cours du travail de diagnostic et de précision du projet. La technique est de les associer, de les mettre en synergie afin de garantir le succès de la démarche par son appropriation et sa pérennité. Cela se fait d’autant plus facilement que l’approche est innovante et qu’elle fait la part belle au collaboratif. L’implication des habitants et des usagers est souvent un levier fondamental. Elle correspond à une posture politique.

Les seconds, sont incontournables dans tous projets. Leurs mobilisations nécessitent, habituellement, de s’adresser aux partenaires classiques des collectivités, surtout les collectivités territoriales. Souvent, ils résident aussi dans des rapprochements innovants, différents en tout cas des pratiques classiques,  et qui peuvent aussi être révélés, localement, au fil de l’avancement du projet. En effet, les compétences sont aussi des moyens.

Mise en synergie et recherche de moyens constituent, en tout cas, un  enjeu essentiel renforcé par l’incertitude qui pèse sur les ressources locales. Il est important de renforcer les partenariats et, plus particulièrement, de rapprocher le public et le privé. C’est l’une des formes de l’innovation. 

Animation et évaluation L’animation est essentielle pour donner corps au projet. Elle ne peut pas n’être que démonstrative. Elle doit aussi se nourrir de participations et interactions. Ma méthode propose aussi la responsabilisation par l’implication des acteurs. Qu’elle soit thématique, générale, qu’elle serve à impliquer, mobiliser, rendre compte, éclairer… je dirai que, presque, tous les moyens sont bons. Le numérique permet de couvrir un territoire en mixant animations en présentiel et à distance et sert à développer la transparence, l’interaction, la notoriété et l’accessibilité au projet.

L’évaluation que je préconise propose de poser des indicateurs tout au long du déroulement du projet. Cette technique permet, à la fois, de bien suivre le déroulé, de mesurer les actions et d’abonder l’évaluation finale du projet. A travers des indicateurs, souvent simple, mesurant, à la fois, la qualité, la quantité, la mobilisation, la production, le commanditaire peut suivre la démarche et faire des choix, prendre des décisions, en connaissance de cause. L’évaluation est un outil de l’animation.

 

ECRIRE A DIDIER

1 + 9 =

Vous êtes intéressé(e) par la coopérative pour votre créer votre activité ?

 

Les Champs des Possibles sont engagés au sein des réseaux :

Nos soutiens

Pin It on Pinterest