Accompagnement des collectifs : un nouveau parcours à la carte

Comment construire un collectif agricole ? Comment trouver les bonnes personnes pour s’associer ? Comment mettre toutes les chances de son côté pour le faire durer ? Si l’installation en collectif apparaît comme une solution idéale pour la reprise de grandes exploitations à transmettre, elle nécessite aussi un accompagnement dédié, adapté à chaque situation (très) particulière. Fortes de nombreuses expériences d’accompagnement de collectifs, les structures d’Abiosol et l’AFOCG-IDF ont mutualisé leurs outils et proposent aujourd’hui un nouveau parcours à la carte dédié aux collectifs. Jade Jourdan d’Abiosol et Delphine Roy de l’AFOCG-IDF nous racontent.

 

 

Pourquoi avoir mis en place cet accompagnement dédié aux collectifs agricoles ?

Jade : Nous accompagnions déjà les collectifs avec différents outils, mais chaque structure (Abiosol, le réseau des AMAP-IDF, les Champs des Possibles et l’AFOCG-IDF) portait les siens propres, sans concertations ou accompagnement global. Aux vues des enjeux actuels de nécessaires reprises de fermes par des collectifs, nous avons ressenti le besoin de mutualiser nos offres, de repenser un socle commun et de réfléchir à de nouvelles propositions d’accompagnement.

 

Delphine : En effet, de nombreuses fermes franciliennes sont ou seront à transmettre dans les prochaines années, et force est de constater que ces fermes sont pour la plupart de grandes exploitations qui ne correspondent pas forcément aux recherches des porteurs et porteuses de projet que nous accompagnons. L’installation en collectif sur des fermes diversifiées permettrait au contraire de faire correspondre l’offre avec la demande… à condition bien sûr de rencontrer les bon·nes associé·es et d’être bien accompagné·es !

 

 

A partir de combien de personnes est-ce que l’on est un « collectif » ? 

Jade : On a rencontré de nombreuses situations particulières qui nous ont amené à resserrer notre définition du collectif que l’on serait le mieux à même d’accompagner. Notre dispositif s’adresse donc aux collectifs à partir de deux personnes, si elles sont non issues de la même famille. Ça veut dire que l’on accompagne aussi des couples qui s’associent à deux ou au sein d’un collectif. On constate en effet que dès que l’on est deux et plus, des besoins d’accompagnement extérieur se font sentir, en ce qui concerne la gouvernance, l’organisation etc.

 

Delphine : Si l’on propose un format à la carte, c’est bien aussi parce que chaque collectif est différent. La coopération peut prendre de nombreuses formes, avec des degrés plus ou moins prononcés de mutualisation… La notion de « ferme collective » est loin d’être la même pour tout le monde.

 

En quoi consiste ce parcours à la carte ?

Delphine : L’idée est de proposer aux collectifs une vision globale de toutes les offres d’accompagnement qui pourraient correspondre à leur situation qu’ils soient très en amont dans leurs réflexions, en phase de consolidation de leur projet ou bien même après leur installation. Après un temps d’échange, on co-construit avec eux un parcours à la carte, en choisissant les outils les mieux adaptés à leurs situations particulières (formations, visites de ferme, apéro-installations, accompagnements dédiés…).

 

Jade : J’ajouterais que faire ce travail de mutualisation nous a permis d’identifier le fait que jusque-là nous n’avions pas d’accompagnement post-installation. Or, l’expérience nous apprend qu’accompagner des collectifs jusqu’à leur installation est nécessaire… mais ne suffit pas. Pour tenir dans la durée, les collectifs ont besoin de continuer de se questionner sur ce qui les lie, de pouvoir évoluer sereinement si nécessaire, au gré des nouvelles entrées, sorties, évolutions des situations personnelles… de tout ce qui fait qu’un collectif est vivant ! C’est pourquoi nous avons mis en place une toute nouvelle formation « Les bons comptes font les bons associé » ainsi qu’un accompagnement dans la durée, comprenant des mises en relation avec des partenaires de confiance en fonction de différentes problématiques (communication, commercialisation, ressources humaines…).

 

 

Comment peut-on rejoindre le parcours ou s’inscrire aux formations proposées ?

Delphine : Les formations seront mises en place sur demande des collectifs. Dès que l’un d’eux sera partant, nous fixerons une date ensemble et communiquerons pour que d’autres collectifs puissent nous rejoindre. Soyez donc attentifs à nos annonces, sur les réseaux sociaux ou bien sur le site des Champs des Possibles, dans la rubrique Se Former.

 

Jade : On peut rejoindre le parcours quand on le souhaite, en nous contactant, Delphine ou moi. La prochaine visite de ferme collective est déjà annoncée : ce sera la Ferme collective des Bayottes, ferme 100% bio en polyculture élevage et maraîchage, le 30 mai prochain (inscriptions ici). Un apéro installation de rencontre de collectifs aura aussi lieu le 6 juillet prochain, on vous en dit plus très prochainement !

 

 

 

 

 

 

 

 

📸 Delphine Roy, animatrice formatrice à l’AFOCG-IDF & Jade Jourdan, chargée de mission accompagnement à l’installation chez Abiosol

 

De l’émergence au fonctionnement dans la durée : un parcours dédié aux collectifs

Phase d’émergence du projet :

  • Formation « De l’idée au projet »
  • Cafés installation sur le collectif
  • Voyages d’étude sur des fermes collectives

 

Phase de construction du projet

 

Phase de post-installation

  • Accompagnement du collectif (bilans annuels, …) et médiation
  • Formation « Les bons comptes font les bons associés »

 

A noter : grâce au soutien du programme Sésame de notre partenaire Cœur d’Essonne Agglomération, bénéficiez d’une participation financière à hauteur de 50%.

Vous souhaitez en savoir plus ?

  • Contactez Delphine pour les formations, côté AFOCG-IDF contact@afocg-idf.fr
  • Contactez Jade pour l’accompagnement, côté Abiosol jade@abiosol.fr