Entreprendre en coopérative

Les Champs des Possibles accueillent au sein de sa Coopérative d’Activité et d’Emploi (CAE) des personnes souhaitant pérenniser leur activité au sein de la coopérative et au-delà de la phase de test.

Pérenniser son activité au sein de la coopérative

Le test d’activité a une durée de trois ans maximum. Au-delà de cette période -ou bien avant, l’entrepreneur.se peut décider de rejoindre la Coopérative d’Activité et d’Emploi des Champs des Possibles en tant qu’entrepreneur.e salarié.e. de la coopérative.

Au bout de trois ans au sein de la coopérative (test d’activité compris), l’entrepreneur.se doit également prendre des parts sociales dans la coopérative et en devenir ainsi sociétaire. Il ou elle devient de fait entrepreneur.se salarié.e associé.e de la coopérative, et peut participer à sa gouvernance.

A l’issue du test d’activité, l’entrepreneur.se peut aussi décider de s’installer en dehors de la coopérative, en lançant sa propre entreprise, en rejoignant un groupement d’agriculteurs exploitants ou bien en reprenant un emploi salarié… Il ou elle sort alors de la coopérative.

Le statut d’Entrepreneur.se Salarié.e Associé.e (ESA) a la particularité de ne pas impliquer de lien de subordination. Ce n’est pas un contrat de travail même si les dispositions du Code du Travail s’appliquent.

En revanche, il comporte des obligations telles que :

  • Se fixer des objectifs à atteindre en termes de chiffre d’affaires, de marge et de rémunération ;
  • Se rémunérer, avec un salaire minimum de 200€ brut mensuel obligatoire et un variable en fonction de votre activité.

Comme pour le contrat CAPE, le statut d’ESA comprend par ailleurs :

  • l’hébergement juridique, social, comptable et fiscal de votre activité au sein de la CAE ;
  • l’accès à un compte Entrepreneur.e
    qui vous permet de payer salaire, frais professionnels, cotisations sociales et contribution coopérative.
  • le versement d’une Contribution coopérative
    qui participe à payer l’ensemble des opérations gérées par la CAE.
  • Être autonome dans sa propre activité
  • Bénéficier des droits sociaux des salarié.es : arrêt maladie, retraite,  droit au chômage…
  • Disposer de bulletins de salaires qui peuvent rassurer des investisseurs ;
  • Accéder aux formations du fonds OCAPIAT ;
  • Faire partie d’un réseau d’entrepreneur.es solidaires, mutualisant services support et compétences.
  • Participer aux décisions de la coopérative dans un processus de gouvernance partagée, afin de construire un nouveau mode d’entrepreneuriat collectif.

« Être entrepreneur salarié associé me permet d’être un éleveur maître de mes décisions dans le développement de mon activité, tout en ayant les mêmes droits qu’un salarié (sécurité sociale, droit au chômage, formation…) ».

Quelques entrepreneur.ses salarié.es associé.es

Conseil & formation Animation pédagogique
Entrepreneur.e salarié.e associé.e
PPAM
Entrepreneur.e salarié.e associé.e
Boulange Grandes cultures
Entrepreneur.e salarié.e associé.e
Conseil & formation
Entrepreneur.e salarié.e associé.e
Conseil & formation
Entrepreneur.e salarié.e associé.e
Animation pédagogique Conseil & formation
Entrepreneur.e salarié.e associé.e