AG de la coopérative le 26 Juin 2021 à la Ferme de la Closeraie à Magny les Hameaux

L’AG s’est tenue il y a quelques semaines sur le site de la Ferme de la Closeraie à Magny les Hameaux, site en propriété communale où travaillent une dizaine de paysans et paysannes dont la moitié sont entrepreneurs à l’essai ou entrepreneurs salariés de la coopérative. L’AG a réuni une petite cinquantaine de personnes qui ont pu découvrir le travail accompli par les différents pôles de la coopérative et développement important de nos activités. Pour mémoire, le rapport d’activités est ici et le rapport de gestion .

Matar, berger en devenir sur la ferme de Magny nous a régalés le midi avec un repas africain réalisé avec presque 100 % de produits de la ferme !

Après une intervention de Bertrand Houillon, maire de Magny les Hameaux, l’après midi a permis une visite de la ferme et des échanges en ateliers (Gérer une boutique à la ferme, Faire vivre un Tiers Lieux Nourricier, Financer son projet, etc.). Et pour de pas repartir les mains vides, les participants ont pu acheter à la boutique l’étonnant jambon d’agneau d’Olivier, les succulents produits lactofermentés d’Isabelle et Valérie, les légumes de Marc Albert et les yaourts de Cécile !

De nouveaux sociétaires !

21 nouveaux sociétaires nous ont rejoint lors des AG de Mars et Juin 2021, notamment plusieurs clubs CIGALES. Mais qu’est-ce donc qu’une Cigales ? Mélanie a mené l’enquête.

Alexandra Watier de la CIGALES « Le Champ des CIGALES », coordinatrice de l’ensemble des CIGALES devenues sociétaires et investisseuses dans le projet d’Audrey Garcia, entrepreneure à l’essai des Champs des Possibles.

Qu’est-ce qu’un club CIGALES ?
C’est un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire. La structure juridique est celle d’un « club d’investissement », dans lequel les membres mettent en commun leur épargne pour investir dans la culture, l’environnement et/ou le social. Un club CIGALES dure 5 ans (renouvelables), et rassemble 5 à 20 personnes.

Quel est l’objet d’un club CIGALES ?
Le but est d’investir à un moment donné dans un projet pour qu’il puisse se développer, de lui laisser le temps de se consolider, puis de récupérer la mise de départ. 5 ans, cela correspond généralement à la temporalité des projets, mais aussi à celle des gens qui investissent à travers les CIGALES.

En pratique, comment choisissez-vous les projets soutenus ?
Les clubs sont coordonnés par une association nationale, qui a des branches régionales. A l’échelle de l’Ile-de-France, on a une réunion tous les trois mois, au cours de laquelle les porteurs de projets viennent présenter à toutes les CIGALES franciliennes leurs projets, avec le montant attendu, à quoi il servirait, comment les CIGALES peuvent aider le projet…

Une fois que cette mise en lien avec le porteur de projet est faite par l’association de coordination, les clubs CIGALES s’auto-organisent. Un cigalier se porte volontaire pour être l’interlocuteur privilégié du porteur de projet s’il y a plusieurs clubs intéressés, ce qui permet notamment de se coordonner en termes de temporalité, ou encore d’avoir les mêmes modalités d’investissement entre CIGALES. Cela prend ensuite entre 1 et 6 mois d’investir dans le projet choisi.

Sous quelle forme les projets peuvent-ils être soutenus ?
Si la structure soutenue est une association, il s’agit d’un prêt. Sinon, c’est souvent une entrée au capital, pour donner plus de solidité au projet, voire un apport en compte courant d’associé.

Comment des clubs CIGALES se sont impliqués auprès d’Audrey Garcia, entrepreneuse salariée en élevage ovin aux Champs des Possibles, et au sein de notre CAE ?
Audrey est venue nous présenter son projet lors d’une de nos réunions trimestrielles, et ma CIGALES « Le Champ des Cigales » a été séduite par sa démarche d’éco-pâturage. Nous avons une sensibilité particulière aux projets environnementaux, écologiques. Nous avons également à cœur d’aider des projets à petite échelle, où nous nous sentons utiles. C’est également important pour nous d’avoir un lien concret avec le projet, sur le territoire francilien. Nous étions enfin intéressés pour soutenir un projet d’agriculture, plus en amont de projets plus courants tels que des épiceries bio.

Nous étions cinq clubs CIGALES intéressés, je me suis donc portée volontaire comme coordinatrice. Audrey étant hébergée au sein des Champs des Possibles, c’était très différent de ce dont nous avions l’habitude, où les porteurs de projet ont leur propre structure juridique. Nous en avons discuté avec Maëla [Naël, chargée d’accompagnement aux Champs des Possibles] et nous en avons conclu que le plus pertinent était de devenir sociétaires des Champs des Possibles en achetant des parts, et d’apporter ensuite le montant que nous souhaitions en compte courant d’associé, fléché vers le projet d’Audrey.

Chaque CIGALES est donc devenu sociétaire (pour un total de 3 500€ de parts sociales), et nous avons en tout apporté 11 500€ supplémentaires en compte courant.

Que retenez-vous de cette expérience ?
C’était inédit d’investir dans une coopérative pour soutenir l’un de ses projets, mais ça a été une bonne expérience de découvrir les Champs des Possibles et de faire ce montage. Cela pourrait même être un levier pour soutenir d’autres projets au sein des Champs des Possibles. Nous avions vraiment à cœur le projet d’Audrey, que nous avions prévu d’aller voir à l’automne dernier. La Covid nous en a empêchés, mais nous espérons pouvoir aller à sa rencontre (et à celle de ses moutons) à l’automne prochain !

Pour en savoir plus sur les CIGALES et/ou devenir cigalier : http://www.cigales.asso.fr/

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this

Pin It on Pinterest